Services

La physiothérapie peut aider les diverses conditions suivantes :

Blessures des tissus mous

Les tissus mous pouvant être affectés sont les muscles, les ligaments, les tendons, les capsules articulaires, les tissus myofaciaux et d’autres tissus conjonctifs.

Les blessures courantes des tissus mous sont causées par la tendinopathie (tendinite), l’épicondylite, l’entorse musculaire, l’étirement ligamentaire, la bursite, la capsulite et les blessures sportives aiguës.

Douleur aiguë

La douleur aiguë peut être définie comme une apparition subite de douleur qui résulte d’un traumatisme, d’un accident, d’un mouvement soudain ou, dans certains cas, de causes inconnues. Il est essentiel de consulter un professionnel de la santé aussitôt que possible afin d’éviter une aggravation des symptômes ou d’autres blessures par une mauvaise posture ou des mouvements de compensation.

Douleur chronique

La douleur chronique se définit généralement comme un mal qui est présent depuis plus de trois mois. Le processus de guérison pour ce type de douleur peut être plus long en raison de l’adaptation des tissus et des compensations. Il n’est cependant jamais trop tard pour commencer une thérapie afin d’améliorer votre fonction générale.

Douleur cervicale et dorsale

Des exemples de ces douleurs sont les maux de dos ou de cou subaigus ou chroniques, les hernies discales, la discopathie dégénérative, le spondylolisthésis, les douleurs articulaires, la dysfonction vertébrale ou des changements arthritiques (c.-à-d. les ostéophytes), les dommages ou irritations des nerfs périphériques (c.-à-d. le nerf sciatique) et autres.

Maux de tête et étourdissements

De nombreux facteurs causent les maux de tête et les étourdissements, mais dans certains cas, des problèmes liés à la colonne vertébrale sont responsables de ces symptômes, soit à la suite d’un accident, d’une entorse cervicale, d’une chute, d’une raideur à la nuque, ou même de problèmes de posture. Dans ces cas, il peut être utile de consulter un physiothérapeute pour diminuer l’intensité et la fréquence de vos symptômes.

Arthrite et arthrose

Des changements dégénératifs du corps font partie du processus normal associé à l’âge. Toutefois, les changements arthritiques peuvent engendrer de la douleur : les articulations se raidissent et l’amplitude des mouvements peut être limitée. Même si on ne peut inverser cette dégénération, on peut la stabiliser ou la ralentir en regagnant de la force et de la mobilité, en augmentant la résistance des articulations et en améliorant la fonction, ce qui diminuera la douleur et retardera le besoin d’une intervention chirurgicale dans les cas avancés. On dit que l’exercice des articulations affectées peut apporter une amélioration appréciable quant au soulagement de la douleur à long terme. L’exercice vise souvent à augmenter la force musculaire, l’endurance, la flexibilité et, dans certains cas, l’équilibre.

Raideurs articulaires, diminution de la mobilité et de la flexibilité

Ces changements peuvent provenir de plusieurs sources, comme d’une blessure antérieure (c.-à-d. de l’enfance, de blessures sportives passées) qui n’a jamais guéri adéquatement, d’une intervention chirurgicale subie, et parfois même d’une biomécanique déficiente. Même si la douleur n’est pas un facteur, il est toujours suggéré d’améliorer la mobilité et de réduire la raideur de la région affectée afin d’éviter des dommages qui pourraient être permanents.

Traitement préopératoire et postopératoire (par ex. épaule, genou, hanche, colonne vertébrale, etc.)

La physiothérapie préopératoire est une partie importante du processus de réadaptation et comprend l’optimisation de la mobilité et de la force avant une intervention chirurgicale. Il a été démontré qu’elle améliore et parfois accélère le processus de réadaptation postopératoire.

La physiothérapie postopératoire est essentielle pour recouvrer entièrement sa fonction. Selon l’intervention chirurgicale, le chirurgien et le protocole chirurgical, le but principal des étapes initiales est de diminuer la douleur et l’inflammation et d’améliorer la mobilité du patient. Une fois que sa mobilité a retrouvé son état optimal et fonctionnel, l’étape suivante consiste en des exercices de renforcement et de flexibilité. Après une intervention chirurgicale, il est normal d’avoir moins de force; c’est pourquoi les muscles affectés ont besoin d’exercices particuliers pour la restaurer.

Fracture (post-immobilisation)

Après une fracture, l’os doit être stabilisé ou immobilisé pour guérir adéquatement (selon la blessure, une immobilisation typique dure généralement six semaines). Une fois que votre médecin vous aura donné la permission de commencer à bouger, il est important de consulter un physiothérapeute. Après une immobilisation prolongée, la partie affectée a une mobilité restreinte, une diminution de la force musculaire, une atrophie musculaire évidente, un manque de flexibilité des muscles avoisinants et une réduction de sa fonction. Le physiothérapeute vous aidera à fortifier l’os et les tissus musculaires entourant la région, à rétablir l’amplitude de vos mouvements et de votre mobilité et à restaurer leur fonction.

Femmes enceintes (traitement prénatal et postnatal) – (sauf la rééducation périnéale)

C’est dans le champ de la pratique du physiothérapeute de procéder à une évaluation adéquate de la femme enceinte, de la traiter et de l’informer sur les exercices efficaces et sécuritaires qui servent à diminuer les maux de dos, la douleur pelvienne et l’incontinence urinaire durant leur grossesse et après l’accouchement. Il déterminera d’abord la mobilité de la patiente, sa posture, sa force, sa flexibilité, son équilibre, et tout problème musculo-squelettique ou toute douleur qui peut surgir. Le physiothérapeute sera ainsi en mesure de déterminer efficacement un plan de traitement individualisé et informer la patiente sur les problèmes prénataux et postnataux. Au cours d’une séance, le physiothérapeute a recours à une variété de techniques de traitement sécuritaires, telles que la mobilisation, le massage des tissus mous, des explications sur la posture et des exercices de stabilisation. Dans des cas plus compliqués, le thérapeute avisera la patiente de consulter un physiothérapeute spécialisé en rééducation périnéale.

Prévention des blessures (par ex. un déséquilibre musculaire et une biomécanique déficiente)

La prévention des blessures est essentielle; elle peut contribuer à éviter des dommages structurels permanents, des blessures graves et des interventions chirurgicales. Une faiblesse musculaire sous-jacente, des problèmes de flexibilité, de mauvaise posture, d’un manque de stabilité et d’une biomécanique déficiente peuvent engendrer des compensations qui, à leur tour, peuvent causer une blessure.

Problèmes de posture

La posture est toujours un problème courant, surtout chez les personnes qui restent assises durant de longues périodes. Le physiothérapeute vous conseillera des exercices qui vous aideront à améliorer votre posture en position assise et debout. Une mauvaise posture peut être la source de vos symptômes.

Douleurs de croissance

Au sein de la jeune population active, il est courant que les garçons et les filles se plaignent de douleurs de croissance (par ex. la maladie d’Osgood-Schlatter). Ces douleurs sont souvent dues à une poussée de croissance, à une diminution de la flexibilité, à un manque de force dans certains muscles et à une biomécanique déficiente, qui tous peuvent avoir une influence sur les articulations des jeunes athlètes et leur causer douleur et inconfort durant des activités courantes ou sportives.